Lucie Lucas couverture de Télé LoisirsLucie Lucas aura 30 ans dans quelques jours. Et déjà des milliers de fans qui attendent avec impatience la saison 6 de Clem, diffusée dès ce lundi 14 mars à 20h55 sur TF1, dont elle reste l’inlassable héroïne.

Fraîche, souriante et particulièrement enthousiaste quand il s’agit d’évoquer la nouvelle saison de Clem, Lucie Lucas est telle que les fans l’imaginent. Devenue désormais l’une des figures emblématiques de la fiction de TF1, la jolie comédienne évoque la saison 6 de Clem, qui démarre ce lundi 14 mars à 20h55, mais aussi ses projets.

  • La maltraitance, la fin de vie… Cette saison de Clem évoque des thèmes très durs !
    Lucie Lucas : « Dans Clem, on parle de la vie, du quotidien des Français et on essaie de ne pas avoir de tabous. Clem, c’est un petit laboratoire qui permet de comprendre les mécanismes psychologiques et affectifs des relations humaines. »
  • Cette saison 6 compte un nouveau personnage masculin, Adrian. Qui est-il ?
    « C’est un personnage très important. Il prétend être le fils de Caroline, et donc mon demi-frère. C’est très déstabilisant pour toute la famille. Et il n’est pas vilain du tout ! [Elle rit.] Non seulement il va faire fondre les fans de Clem, mais aussi une beauté de la série. »
  • Clem et Jérôme prennent un nouveau départ à la campagne. Seriez-vous prête à sauter le pas, vous aussi ?
    « Je pense vraiment m’installer à la campagne. J’y pense tous les jours et je cherche un endroit où on pourrait s’installer, où il n’y ait pas trop de pollution par les pesticides ou par les centrales et les usines, avec de la forêt, de la prairie… J’ai envie de vivre dans un cadre plus naturel : c’est important pour le développement de l’enfant. »
  • Clem est mariée, maman de deux enfants. Vous aurait-elle enfin rattrapée ? [Lucie Lucas a deux petites filles, Lilou et Moïra, 5 et 4 ans, ndlr.]
    « Je ne sais pas si elle m’a rattrapée, mais il y a beaucoup moins d’écart entre nous. C’est amusant de voir à quel point les émotions qu’elle traverse ne me sont pas inconnues. C’est presque une thérapie pour moi. L’arrivée d’un deuxième enfant, qui demande une organisation particulière, quand on n’est pas encore forcément remise de la fatigue du premier… Cette fatigue peut rendre un peu fou, c’est déstabilisant et ça pèse sur le couple. Je n’ai pas eu de problème à comprendre Jérôme et Clem dans cette saison ! »
  • Avez-vous songé à vous arrêter l’an dernier, avec les départs de Laurent Gamelon (Jean-Paul) et Mathieu Spinosi (Julien) ?
    « Pas la saison dernière, car cela aurait été idiot de partir au moment du départ du père et de la mort de l’amour de jeunesse. Mais cette question, je me la pose tous les jours. »
  • Cette année, vous changez de registre, entre Meurtres à l’Île de Ré pour France 3 et le téléfilm Coup de foudre à Jaipur pour TF1…
    « Complètement ! Dans Meurtres à l’Île de Ré, j’incarne une étudiante en droit. Elle débarque dans la vie de son frère inspecteur pour essayer de faire innocenter leur père, accusé de meurtre et de viol. Pour Coup de foudre à Jaipur, je joue une avocate qui part en Inde se marier avec l’homme de sa vie et va en apprendre beaucoup sur elle-même. J’y retrouve Rayane Bensetti. »
  • De joyeuses retrouvailles en perspective, donc ?
    [Elle sourit.] « Après deux ans à se donner la réplique comme frère et sœur dans Clem, ça va faire bizarre de changer ! On va s’entraîner tous les deux à la danse indienne, et c’est un challenge. Ça ne paraît pas compliqué, mais en fait c’est vraiment très dur ! »
  • Est-ce que cela veut dire que l’on vous retrouvera un jour dans Danse avec les stars ?
    « Non ! Franchement, ce n’est pas le bon timing pour moi. Si j’avais 20 ans, je serais hyper contente, ou alors, peut-être, plus tard. Je suis complètement submergée par le travail. Danser plusieurs heures par jour pendant deux ou trois mois, en plus du reste, ce n’est pas possible. J’ai deux enfants. Mon métier, c’est comédienne, et c’est ça ma priorité. »
  • Sur quels projets travaillez-vous ?
    « La saison 7 de Clem est en cours d’écriture. Je développe aussi plein de projets sociaux, sur le logement, l’accueil des réfugiés ou encore un projet de défilé Handi Fashion (pour les personnes souffrant d’un handicap). Et puis j’écris des choses… »
  • Et vous pouvez nous en dire un peu plus ?
    « Oui, j’écris une série, Les Envolées, dans laquelle je voudrais jouer. Elle met en scène les habitants d’un quartier qui décident d’inventer leurs propres règles. Je vais peut-être la diffuser d’abord sur Internet, car elle n’est pas politiquement correcte et je pense que pour passer sur une chaîne, il faudrait que je fasse beaucoup de concessions. »
  • Une idée du casting ?
    « Il y a un rôle pour Stromae dedans. J’ai une admiration totale pour lui. J’aimerais beaucoup le rencontrer, travailler avec lui et qu’il écrive la musique de cette fiction. »

par Laurence Gallois